Ian Dury

New Boots And Panties

par Gilles de Kerdrel

Play Video

La chasse aux grenouilles vous connaissez ? Si vous étiez anglais fin 70 début 80, vous étiez chasseur. Français, vous étiez grenouille. Une putain de Fucking Froggie…

…Whitley Bay, côte Nord-Est de l’Angleterre, Leeds à quelques miles, début des années 80. J’y suis resté un mois, espérant improver la langue de Shakespeare en faisant tourner la mienne dans celles des anglaises. J’y ai d’abord goûté le coup de boule façon rosbif, comme ça, PIM, en plein jour et en pleine poire. 

Puis quelques jours plus tard, le nez encore tuméfié, c’est aux joies de la course auxquelles j’ai été convié par une horde chasseurs de froogies. Sortant d’un pub, crânes rasés, Docs coquées, lames de rasoir pour les uns, battes de base ball pour les autres, ils commencent à m’insulter copieusement alors que je passe le plus loin possible d’eux. Une canne lancée dans ma direction sonne la charge…

Pas facile de courir pour échapper à ces mecs ivres de bière mais balèzes à la course (j’ai jamais su comment ils faisaient), avec sous le bras la pochette en noir et blanc du 1er Ian Dury que je venais d’acheter, « New Boots and Panties ». 

Sur la pochette, Ian Dury pose devant un magasin de fringues, Docs noires, jeans baggy et veste blanche, son fils Baxter à ses côtés, pantalon pattes d’eph retenu par des bretelles et mains dans les poches, tous les deux adossés à la vitrine comme s’ils me regardaient passer, jetant en l’air mon disque pour aller plus vite.

La peur me donnant des ailes, j’ai finalement semé mes poursuivants en sautant, telle une grenouille, dans le buisson d’un backyard. 

J’ai passé le reste de mon séjour, planqué dans les bras d’une anglaise rencontrée au hasard, et qui m’aimait bien, parce qu’elle aimait un groupe anglais dont le bassiste était français et dont elle était amoureuse. Et là ça a été…

Share on facebook
Share on twitter
Share on email