The Rolling Stones

Love You LIve

par Lo Jez

Play Video

In 1977

No Elvis, Beatles or

the Rolling Stones

le mot d’ordre

quand il vient des Clash

sur leur 1er album

et que tu t’évertues à chanter

comme eux dans ton magnétophone

 à bande

qui te sert d’ampli/voix guitare

tu ne t’amuses pas

à écouter ou acheter

un disque de ces vieux connards

milliardaires

t’es trop punk pour ça.

Oui, mais y’a deux ans

 y’avait pas de punk

et on écoutait les Stones

et l’an passé j’ai voulu

aller les voir au Abattoirs

 à Paris

mes parents moins

donc facile de dire que je m’en fous

mais dans ma chambre

ils sont dans mes oreilles

et ils sortent un live

un truc un peu pourri

avec des prises un peu partout

mais aussi au fameux concert

de Paris

quand Keith vient d’apprendre

 la mort de son fils

et joue quand même

dans son nuage psychotropique électrique

Jamais je n’achèterai ce disque

encore aujourd’hui quand je le vois

je feuillette la pochette

ce portrait de Jagger par Warhol

mordant la main d’un enfant

Barbe Bleue monstrueux

dégoulinant de couleurs criardes

oui mais il y a ce je ne sais quoi

enfin si je sais

cette face live dans un club à Toronto

ils s’amusent

eux aussi sont des punks

Mick n’a que 34 ans,

alors ils se retrouvent là et sortent les standards

Mannish Boy, Around & Around,  Little Red Rooster

Jagger est plus black que jamais

il tchatche, fait son entertainer

comme si

personne ne les connaissait

les autres sont à la ramasse

Charlie  à deux à l’heure, Ron Wood perdu

dans des solos pour stade

Bill…où est Bill ?

Billy Preston pianote funky

Reste Keith, accroché à son manche, qui envoie

en fond sonore une pure rythmique méchante

alors oui ils sont punks,

et certainement plus que beaucoup

vous allez voir

nous  aussi on peut mal enregistrer

des mauvaises versions de bons morceaux

et capter depuis le fond d’un club

un show foutraque

pas besoin de scandale, de fuck, de Queen

ils sont le scandale,

celui ci les suit

avant et après leur passage

ils peuvent nous faire croire à l’amour

ce titre nul : Love You Live

mais c’est de la morgue de branleurs doués

gravée là

entre les sillons

ça pue le bordel, le n’importe quoi,

la fin d’un groupe

pour des êtres normaux

mais ce n’est même pas la 1ere moitié

de leur carrière

ils ont déjà perdu les fans de Brian Jones

ils s’en foutent

ils jouent au El Mocambo

à Toronto

pour eux, leurs dealers leurs gonzesses

et tout un catwalk

de suiveurs magnifiques

qu’ils écrasent

comme on fait souffrir et hurler

une pédale d’effets

et puis

What’s Wrong with You ?

Oh Yeah You’re Crackin Up !

Bo Diddley façon skanking

elle est là la

Punky Reggae Party

et Mick agite son p’tit cul

arrondi ses grosses lèvres

sur la boule du micro

1963 c’était il y a 14 ans

et les gamins étaient déjà punks

comme ces traits de crayons que Jagger

s’est permis de grabouiller

sur le tableau original de Warhol

On est en 1977

 ce Love You Live

sera définitivement

oublié, méprisé

et jamais je ne l’achèterai

 

Lo Jez est auteur, journaliste et réalisateur de documentaires rock

Share on facebook
Share on twitter
Share on email